vendredi 10 avril 2015

Saint-Hilaire, un site oublié du canotage sur le Loiret



CANOTAGE A SAINT HILAIRE

La naissance.


Saint Hilaire Saint Mesmin, est situé à proximité d’Orléans, le long de la rivière du Loiret.



Les premières activités, sont plutôt laborieuses, avec les lavandières, et l’industrie des moulins.

Les moulins vont progressivement évoluer, à farine, à tan, à huile, puis à papier ou à dentelles.



A la même période, nait le canotage. Le canot destiné à la pêche va évoluer vers le loisir, la rivière du Loiret s’y prête bien, peu de courant, des paysages variables où s’enchainent polycultures, roselières, habitats, zone boisée et plus sauvage avec des futaies et des taillis.
Moulins de la Chaussée Saint Santin


Contrairement à la commune d'Olivet, l'habitat est moins dense, les berges sont plus naturelles. Ce cadre permet aux canotiers un dépaysement, de jouer les explorateurs et les Robinsons.
A la belle époque, des guinguettes et restaurants au bord de l’eau animaient cette portion : « Terre Blanche », « Le Pavillon Bleu » et « Port Arthur ». Avec comme activité de loisir des locations et promenades en bateau.







L'ancien restaurant Le Pavillon Bleu, aujourd'hui

Le Pavillon Bleu, et juste derrière, on aperçoit le train.

Les accès aux guinguettes sont plutôt commodes. La voie qui emprunte le pont Saint Nicolas, enjambe le Loiret avec 8 arches, c’est la route départementale N°1, avant de devenir route nationale au début du XXème. 



Et légèrement en amont de cet ouvrage d’art, un second pont, celui de la ligne  Saint Marceau(Orléans) à Ligny-le-Ribault, Le Tramway de Sologne  c’est le nom du réseau avec des voies métriques, sur lequel circulent des trains à vapeur.



Cette ligne en fonction dès 1905, dessert  les guinguettes de la commune, auquel correspond un arrêt.

·              « Les Vaslins » pour Le Pavillon bleu.

Puis en 1910,se succèdent 3 nouveaux arrêts également en rive gauche :

·              « La Mairie » au km 7.220 

·              « du four »     au km 7.506

·              « St Jacques » au km 7.849


Ce pont ferroviaire a disparu, Il reste un unique pilier dans la rivière ainsi que les têtes de
pont de part et d’autre.




L'apogée.

Ainsi les jours de repos, il y a foule au bord et sur l’eau. On croise essentiellement des promeneurs,  des amateurs puis certains se découvrent sportifs. Ces derniers vont pouvoir se mesurer avec la création de la Société Nautique du Loiret en 1882. Probablement la plus ancienne structure sportive du département, aujourd’hui baptisée ACOO. 



Dès sa première année la S.N.L  organise des courses de périssoire,  de yole,  de canot de promenade et même de podoscaphe. A Saint Hilaire Saint Mesmin, elle organise en 1908 sa première course de dame, devant le Pavillon bleu.

Activité de canotage, devant le restaurant "Port Arthur".

Proche du bourg, le dernier confluent du Loiret est également praticable, c’est le cours d’eau « la Pie », 
La source est située dans le domaine du château de la Pie. Celle-ci est achetée par Henri Delaugère, carrossier hippomobile, en 1895. 



Cette propriété achetée par la commune en 1978, devient  la mairie.



Avec cette affluence de bateau, la municipalité à Saint Hilaire, a maintenu un règlement de police de 1832 à 1940, pour les personnes en possession d’un bateau, cette taxe municipale exigible uniquement  pour la portion en domaine public, de l’embouchure jusqu’à la chaussée St Santin, au de là c’est le domaine privé, dit non navigable et non flottable.  



La disparition.

Après 1930, à St Hilaire St Mesmin commence le déclin des plaisirs de l’eau, les gares à bateaux disparaissent, on retrouve trace des demandes d’exonération de redevance sur ces garages.


Puis en  1935 la ligne ferroviaire cesse son activité. Ensuite peu à peu, c’est la fermeture des restaurants et guinguettes.



Une nouvelle aire commence, avec la mécanisation, le motonautisme ne se prêtant pas au Loiret, aussi les aventuriers de l’eau vont plutôt s’orienter sur d’autres moyens de locomotion avec l’essor de l’automobile.


 Ainsi le canotage va s’estomper et disparaitre à St Hilaire St Mesmin. Cette activité persistera plus longtemps en amont, sur Olivet. D’ailleurs des restaurants et plusieurs gares à bateaux ont survécu sur cette commune.
 
Cependant Saint Hilaire Saint Mesmin, restera un site préservé, avec une réserve naturelle nationale sur la Pointe de Courpain. Le Loiret reste donc une rivière remarquable pour nos activités.  


___________________________________________________________________________________

Si vous avez des documents ou des témoignages, n'hésitez pas à nous contacter.

*********************************



Notes et références:

Cartes postales de nos collections particulières .
Informations provenant de la Société d'histoire locale .
Recherches historiques menées aux Archives Départementales.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire